Orientation 53

CREF de Laval - BP 1035

109, Av Pierre de Coubertin

53010 LAVAL Cedex

Tél : 06 61 46 23 59

Identification



Membres : 16
Contenu : 92
Affiche le nombre de clics des articles : 95439
Home Rés. Compétitions Pontcallec

Hé bien oui, il y a eu miracle car Valério a marché sur les eaux... (ça c'est pour répondre à JM) Je dirais même mieux, il a même couru sous les eaux toute la journée !...

Ben dis donc, vous avez bien fait de rester à la maison... C'est qui le fou furieux qui est parti à Pontcallec à la conquête du Grall breton ?

 

En guise de Grall, j'ai eu droit à une journée de M... comme on en voit de temps en temps en Bretagne. C'est simple en rentrant sur laval, j'avais même de la mousse qui commençait à pousser dans le creux des oreilles... et pourtant elles sont situées à l'est et à l'ouest de mon nez... c'est vous dire...

Autant le samedi a été assez sympa, soleil et tourisme... mais on ne courrait pas... les choses se sont vraiment gâtées dans la nuit de dimanche. Nous étions logés chez des Bretons d'outre Manche en chambre d'hôte, au fin fond des montagnes noires dans une ferme isolée, à Kernescleden... le pays des chauves souris breuuuu ! Je vous mets dans l'ambiance (tout ça est véridique)... Alors que je me préparais religieusement à la dure journée du lendemain. Imaginez moi dans ma tenue de CO, à genou, face à l'autel de granit blanc, au dessus, d'un côté ma boussole rutilante pointée vers l'ouest, mon doigt de l'autre côté, finement gravé d'or (304108), luisant d'un éclat mystérieux, dans la presque ténèbre de la pièce, alors que dans l'angle un cierge imposait sa douce lueur chancelante en dessinant sur les murs de pierres ocres des ombres virevoltantes telles des korrigans endiablés... Alors disais-je, que j'étais en plein recueillement dans la lecture enluminée de mon règlement FFCO parcheminé en peau de zébu (j'ai bien dit ZEBU), que les signes du ciel se manifestèrent. Au début ce ne fut qu'un léger feulement presque agréable d'une fine et suave pluie semblant telle des poussières d'étoiles descendre doucereusement sur le velux de notre chambre, mais ensuite, le bruit se fit plus ample et plus marqué tels des coups frappés à notre porte pour finir enfin, telle une pluie de météorites fumantes sur un troupeau de dinosaures en déroute...

Dame Danielle me pria de rejoindre ma couche non sans me préciser : ben dis donc, t'vas quand mêm' point courir sous un ciel pareil ?... Vous me connaissez, ch'uis point du style à reculer devant l'danger... et de lui rétorquer : t'en fait point ma Mie, les dieux sont avec mouais ! j'te ferai dire !... (Vous reconnaissez dans ces quelques répliques, la délicieuse Chanson de Geste élégante et typique de la chevalerie moyenâgeuse)...

Bref le lendemain c'est donc sous une pluie battante que se sont déroulées les festivités. La première dans le parc d'un château à Gourin au nord de Pontcallec s'est assez bien passée. Toujours prudent d'une part pour mes peutons et aussi parce que je déteste courir au milieu de tout le monde, on va dire que j'ai plutôt assuré et je me suis surtout rassuré ; pépère quoi... Le circuit était bien tracé et le parc suffisamment vaste pour s'y perdre. Avec quelques zones boisées et quelques ponts passages obligés. Mais le terrain était gorgé d'eau et ressemblait à une rizière et il fallait se réserver pour le plat de résistance qui allait suivre deux petites heures après...

Alors pour moyenne distance, ce fut plutôt une "moyenne - longue distance"...

4950 m et 235 m de dénivelée, 20 postes... ! après un sprint et deux heures de répits, c'était un peu rude...!

A la vraie longue distance au même endroit en février : 4200 m et 140 m de dénivelée, 14 postes...

En plus la course se faisait essentiellement sur la partie Ouest du bois (la plus pentue) et le reste dans les abattis. La moitié du temps à quatre pattes et le reste à enjamber les troncs et les branches. Bref ce fut un vrai calvaire avec des postes un peu planqués tout de même, dont un sur lequel on s'est retrouvé à 15 coureurs pendant presque une demi-heure à chercher (est-ce normal ?)... Je ne vous parlerai pas de l'état du terrain sous la pluie battante et après quinze jours de pluie continue... et même pas une boisson chaude à l'arrivée, (même payante)...

Résultats pas fameux mais bon, j'aurai fait les deux sans me tromper et c'était pas des pm dont j'avais le plus peur mais bien de la lassitude...

Alors OK, je prends de l'âge, je souffle un peu plus, et c'était le circuit A commun à tous les H20 et plus,... mais quand même... ! Quel intérêt de faire courir des H60 avec des H20. Quel intérêt pour la fédé d'imposer un règlement pareil aux anciens ? Sans doute pour les remercier d'avoir développé la CO depuis plus de 40 ans. Mais c'est vrai qu'on est plus que trois H60 dans le grand ouest,...alors... quelle importance...

Bon je vous mets quand même les deux cartes en prime (carte 1 et carte 2) et j'ai gardé les boîtiers puisque les nantais se sont débrouillés avec je ne sais plus qui...

Et pour terminer, il faut que je vous dise : vivement la prochaine course, ça commence déjà à me manquer...

Valério.