Orientation 53

CREF de Laval - BP 1035

109, Av Pierre de Coubertin

53010 LAVAL Cedex

Tél : 06 61 46 23 59

Identification



Membres : 16
Contenu : 92
Affiche le nombre de clics des articles : 97072
Home Rés. Compétitions Après le Weesoo

Je voudrais avant toute chose féliciter chaudement toutes nos "filles" des plus petites aux plus grandes pour les belles courses et les résultats très encourageants et je dirais même mieux,  très probants de ce dernier dimanche. Je crois que nous les mecs, on a été un peu moins bons... une petite remarque tout de même, nous concernant,  à part Yves qui reste encore à peu près jeune... et qui a su tirer son épingle du jeu, il est a remarquer que cette fois ci,  c'est dans les  vieilles marmites qu'on a fait les moins mauvaises soupes... 

Et pour couronner tous ça, une petite prose et même quelques vers....
Allez bonne lecture et bises aux dames.

 

La course d’orientation ?..., ça c’est de la gonzesse !...

Nous savons tous, que notre belle et passionnante  discipline nous demande beaucoup et ne nous pardonne pas grand-chose et pour ainsi dire, rien…C’est comme une belle fille intelligente et cultivée, bien dans sa tête et dans son corps,  sure de ses multiples atouts  physiques et cérébraux. Elle est aussi d’une  exigence extrême qui frise quelques fois même,  l’ingratitude et l’injustice caractérisé… N’ayant de cesse de nous repousser dans nos plus pronfondissimes retranchements, elle nous oblige à de  multiples risques, et  nous force à nous surpasser,  ne supportant pour autant  ni  les hasards, les approximations ou autres défaillances physico psychologiques.

 

Cette « petite bombe »  nous laisse toujours après tant d’efforts,  livide, vidé, le souffle court et le cerveau en ébullition en ne manquant jamais du bout de son doigt électronique,  de nous pousser négligeament et narquoisement sa carte… de visite, tout en  susurrant,   le regard langoureux et la lippe boudeuse : « rappelez moi dès que ça ira mieux et c’est quand vous voulez…,  pour remettre ça !.. ». Ben, ça alors… quel tempérament !…

 

C’est qu’elle n’en manque pas la bougresse…! En plus, avec elle, ce n’est jamais pareil…et tout est possible…Dès que l’on entre dans son jeu, c’est elle qui se joue de nous…

 

Et elle est forte, trop d’ailleurs. Imprévisible, sous ses airs de sainte nitouche,   à la tête d’une armée de l’ombre, elle  tend ses embuscades derrière chaque poste et aux quatre coins du bois ou comme dimanche dernier, tapie dans la sombre encoignure d’une  porte cochère ou au fin fond d’une impasse lugubre et humide, hou, hou….(ça c’est la chouette !)… et  faisant payer très cher, l’infinitésimal moment d’inattention de lèche vitrine, ou autre béate  contemplation  d’une façade de  pans de bois  moyenâgeuse…

 

Justement, puisque l’on parle de ses  moyens, elle en a de multiples et variés , dont un qui s’est propagé ce week end,  telle la peste bubonique faisant des ravages dans les rangs de nos courageux concurrents. Notre "gonzesse" c’est métamorphosée en  une  harpie qui,   entourée d’une armée de créatures guerrières mi- sylphides mi- amazones nous a pourchassée en permanence en nous suivant  à la trace, pour nous inciter par tous moyens à tomber dans leurs bras… Elle les appelle ses « Petites Meufs  » en langage courant : -P.M- .

 

Certains d’entre vous et non des moindres les  ont écoutées et ont été charmé par leurs lancinants appels et leurs courbes avantageuses…Et les « Petites Meufs » usent  de tous leurs charmes… Combien d’orienteurs…,  (c’est ainsi que l’on appelle ces preux chevaliers qui n’ont d’autre épée que leur doigt (d’ailleurs leur cri de ralliement est : « Dieu est mon doigt !...),  ont succombé …

 

Combien d’orienteurs n’a- t’on pas rencontrés dans de sombres et hostiles  forêts, les yeux hagards, la bave aux lèvres ou dans une venelle tortueuse par une nuit d’encre tels des cyclopes halogénés …qui,  implorant…,  bafouillaient interrogatifs…. : « mais, j’chuis où ?… , mais où j’chuis  ?... »…  -«  entendez vous le chuintement de l’orienteur perdu ?... »

Et du fond de la nuit ou du cœur de la forêt, une voix d’outre tombe de  répondre : « fait gaffe !... preux chevalier, fais pas de  PM !... »  Rien que de le dire… ces deux lettres nous glacent  d’effroi,… (Les chocotes quoi !)  Non pas PM, bitte schön! Please !  Por favor !…,  öl djüik beurk !…, (c’est du suédois, mais bon, pas sur quand même)…

 

C’est sans compter sur leur roublardise et leur savoir faire …et attention…, c’est pour tout  le monde, personne n’y échappe un jour ou l’autre, et tant pis pour les  distraits, ou les trop sur d’eux ou même simplement ceux qui sont fiers d’avoir vaincu 15 postes avec panache et qui n’ont  de hâte que de pourfendre le dernier,  avant d’atteindre l’aréna et de  caracoler fièrement sur leurs destriers fumants sous les holas de  la foule en délire et des donzelles en émoi….

 

Et c’est là,  Juste là…, non pas là ...!  Làààà…, et paf !,   soudain, le blitz, l’absence ? le doute ? Voire, pire,… la certitude, et là,… tout bascule…

 

Adieu, les lauriers, la gloire, le foulard dans l’aréna…. Quand le doigt est dans la machine il faut payer rubis sur ongle… (Normal non ?..) Entendez vous ce crachotement infernal qui imprime votre inéluctable destin du jour …? Et ne voyez vous pas cet air entendu, ce sourire narquois et ce hochement de tête faussement compréhensif ?....

 

Que vous reste t-il ? Sauf  que de déclarer que tout est perdu fors l’honneur et de déclamer :

 

Oh, rage, oh désespoir ô balise ennemie,

N’ai-je longtemps couru que pour cette infamie ?...

Et me suis je défoncé toute la matinée,

Que pour voir ce Pm inscrit sur ce papier ?…

Mon doigt qu’avec respect tout le club admire,

Mon doigt qui en a vu des dures et même des pires,

Oh cruel souvenir de cette course ratée,

Œuvre dynamitée  par un poste manqué,

Nouvelle déconvenue fatale à mon bonheur,

Me voilà donc déchu du titre d’Orienteur.

 

(Pardon mon cher Racine, mais c’est dans ta sève que je siphonne mon inspiration)….

 

Valério.